30/10/2017
La vie d’Expatrié, c’est sympa mais même si vous adorez votre pays ...
30/10/2017
Tradition française oblige, l’arrivée du Beaujolais nouveau est célébrée ...
10/10/2017
добро пожаловать "Питер" ! Après Moscou, Krasnodar et ...
27/09/2017
Après 3 années de doctorat en Droit du Travail, Caroline débute sa carrière ...
12/09/2017
C'est une très bonne nouvelle pour la communauté française de Russie, Madame ...
08/09/2017
L'UFE Russie souhaite la bienvenue à Madame Sylvie BERMANN, Ambassadeur de ...

Marché du travail Russe : où en est-on et où va-t-on ?

Article écrit par Alexandre Stéfanesco, Directeur du cabinet RH ATSAL

 

2015 : année de crise.

 

Alors que la Russie était sortie avec rapidité de la crise financière mondiale de 2008 en renouant avec la croissance dès 2010, le pays en 2015 aura connu une nouvelle année de récession, tout comme en 2009. L’économie russe devrait en effet se contracter d'environ 3,8%, une contraction majoritairement due à la baisse des revenus liés aux matières premières, le prix du baril de pétrole dégringolant à 37 dollars en décembre 2015.

 

Cette contraction de l’économie russe s’est accompagnée d’une forte baisse du Rouble dès le mois de novembre 2014, baisse ayant eu des répercussions directes et très importantes sur le marché de l’emploi. Au cours de l’année 2015 ce sont 45% des entreprises qui envisageaient de procéder à des optimisations dans leurs effectifs salariés. Dans le même temps les salaires réels ont au cours de l’année 2015 diminué de 8 à 9% selon des estimations du ministre du travail Maxime Topilini tandis que les revenus réels de la population ont eux baissé, sur la période de novembre 2014 à novembre 2015,de 5,4%.

 

Malgré ces indicateurs économiques négatifs, la situation semble se détendre lentement en cette fin d'année 2015. Alors qu’en mars 2015 on comptait 20% d’offres d’emplois de moins qu’un an auparavant à Moscou sur le site Head Hunter, la diminution n'était plus que de 6% pour la période de novembre 2014 à novembre 2015ii. En observant la période de décembre 2014 à décembre 2015 on discerne même une inversion de tendance : le nombre d'offre d'emplois a augmenté de 2% pendant cette période.

 

On constate aussi qu'au mois de novembre 2015, le nombre de personnes en recherche d'emploi à Moscou était sensiblement le même qu’au mois de novembre de l’année précédente. Moscou n’est pas la seule concernée par cette faible reprise puisqu’au cours de l’automne 2015, ce sont 23% des citoyens actifs de la fédération de Russie qui ont changé de travailiii et 90% d’entre eux affirment l’avoir fait volontairement.

 

L'explication de cette évolution, alors que l'économie est encore en récession, est sans doute à chercher dans les rigidités causées par un taux de chômage qui reste très faible malgré les difficultés actuelles que ne connait l'économie russe. Il devrait atteindre 5,9% en décembre 2015, contre 5,3% il y a un an en décembre 2014. Noter que le taux de chômage reste inférieur à 4% en Russie occidentale (il ne dépasse pas 1% à Moscou) alors qu'il frôle les 20% dans le Caucase.

 

En 2015 les secteurs ayant vu la plus forte diminution du nombre de positions disponibles sont les secteurs de l'automobile, de la construction, de l’assurance et aussi le secteur des entreprises publiques. Les positions qui ont le plus souffert de la crise et qui sont moins demandées par rapport à l’année précédente sont les comptables, les auditeurs financiers et les managers marketings.

 

A l’inverse, en plus des postes en ventes qui ont été les plus recherchés par les employeurs, la demande de cadres destinés à la production industrielle a augmenté de 7%, la demande de spécialistes dans le domaine médical et pharmaceutique de 6% et la demande d’ouvriers qualifiés et non qualifiés de 4%iv.

 

Le nombre d’étrangers qui travaillent en Russie (toutes catégories confondues) aurait diminué de près de 44% en un an selon les analyses de l’institut des prévisions sociales et politiques (Институт социально-политического прогнозирования). Cette baisse a concerné principalement les travailleurs d’Asie centrale et les ressortissants de la CEI ainsi qu’une partie des expatriés issus de pays de l’OCDE. Cette tendance lourde devrait s’accentuer en 2016 surtout si le rouble reste faible et aussi à cause de nouvelles règlementations qui imposent désormais l’obtention de Patents (autorisations d’exercer une activité) dont le coût est assez élevé, ce qui devrait décourager nombre de migrants économiques potentiels. Autre changement qui va dans le même sens : les autorités régionales vont désormais avoir la maitrise des quotas d’étrangers admissibles, ceci afin de protéger les travailleurs russes des régionsv.

 

Aux tendances politiques protectionnistes fortes se superpose une complexe problématique démographique. A compter de 2016 entrent sur le marché du travail les jeunes issus de la génération d’après la chute de l’Union Soviétique, c’est-à-dire ceux qui sont nés au cours des années 90, lorsque le nombre de naissances s’est effondré. Conséquence directe entre 2016 et 2019 la population russe perdra autour de 900.000 actifs par anvi.

 

Bien sur la situation démographique s’est améliorée au cours des années 2000 et la Russie devrait connaitre en 2015 sa troisième année consécutive de hausse naturelle de population : le nombre de naissance surpassant le nombre de décès. Cette tendance lourde des femmes russes à refaire des enfants éloigne néanmoins un nombre croissant de jeunes femmes souvent qualifiées d’un marché de l’emploi en manque crucial de main d’œuvre.

 

Le résultat de cette évolution sera très probablement un manque de main d'œuvre généralisé et des pénuries de spécialistes dans de nombreux secteurs professionnels ou géographiques au cours des prochaines années, rendant encore plus complexe les problématiques de recrutement et encore plus nécessaires les besoin en « sourcing » de main d'œuvre toujours plus en amont.

 

Face à cette situation, les autorités russes réfléchissent déjà à de nouvelles mesures destinées à permettre aux jeunes (18-24 ans), aux femmes enceintes mais aussi aux Senior de travaillervii. De la même façon, l’état pourrait être amené à « inciter »viii d’une façon ou d’une autre certaines tranches de la population active qui ne travaillent actuellement pas à devoir le faire.

 

2016 : vers une timide reprise ?

 

En 2016 quels secteurs devraient recruter quels types de profils ?

 

  • Le secteur de la vente et principalement les postes de Sales Manager ainsi que les Managers de comptes …

  • Le secteur IT (programmeurs, développeurs, analystes…)

  • Le secteur pharmaceutique et médical Hi-Tech …

  • Le secteur industriel et notamment l’industrie légère, chimique, militaire ou bien encore spatiale …

  • L’agriculture et notamment l’horticulture…

 

Dans le meme temps les secteurs à risque devraient être les mêmes qu’en 2015 en ajoutant à la liste les secteurs touristiques ou les départements In-House des ressources humaines. Enfin tous les regards sont braqués sur le Retail sachant que la consommation au détail a baissé de 13%ix sur la période allant de novembre 2014 à novembre 2015.

 

Dans le même temps les secteurs à risque devraient être les mêmes qu’en 2015 en ajoutant à la liste les secteurs touristiques, les ressources humaines ou encore la banque de retail. Un retail sur lequel tous les regards sont braqués yeux sont posés sachant que la consommation au détail a baissé de 13%x sur la période allant de novembre 2014 à novembre 2015.

 

Enfin en 2016 ce sont 77% des sociétés qui prévoient que leur budget RH va être réduit ou équivalent à 2015. Les hausses de salaires ne devant vraisemblablement concerner que 15 à 18% des salariés selon Superjob, soit les plus essentiels et/ou les plus performants.

Cela surtout bien sur si l’économie pour 2016 reste en contraction de 1,8% ou 2% (scénario prévu si le baril reste à 35 / 37 dollars), tandis que le gouvernement russe envisage un retour à la croissance de 0,7% si le baril remonte à 50 dollars.

 

 

 i http://tass.ru/obschestvo/2409126

 ii http://hh.ru/article/307200

iii http://www.rg.ru/2015/11/28/rabota-site.html

iv http://www.superjob.ru/research/articles/111936/itogi-goda-na-rynke-truda-ot-superjob-aktivnye-pobedyat-trevozhnyh/#indeks

http://m.rg.ru/2015/12/10/rabotniki-site.html

vi http://www.kommersant.ru/doc/2749590

vii http://www.finmarket.ru/main/article/4052082

viii http://www.rg.ru/2015/12/08/rabota.html

ix http://www.gks.ru/bgd/free/B15_00/Main.htm

http://www.gks.ru/bgd/free/B15_00/Main.htm

 

 

 

 

 


 

 
Créée en 1927, l’Union des Français de l’étranger (UFE) est la plus importante association de Français à l’étranger. Association reconnue d’utilité publique, a pour fonction de venir en aide aux Français installés à l’étranger.